Le secteur du podcast est devenu mainstream. Deloitte, Edison et Nielsen s’accordent à dire que le boom du marché a été tout simplement phénoménal ces dernières années. Cependant, le contenu local est clé.  72 % des internautes consomment du contenu  dans leur propre langue. Les marques qui souhaitent avoir une présence internationale avec le podcasting doivent donc innover er s’adresser à des publics en langue étrangère.

Nous avons déjà mentionné que la majorité des gens préfèrent s’engager avec du contenu dans leur propre langue. Saviez-vous que 72 % des consommateurs sont également plus susceptibles d’acheter un produit si les informations sont disponibles dans leur langue maternelle ? La plupart des consommateurs recherchent la commodité. L’objectif ici est simple : si vous souhaitez toucher un public plus large, il est logique d’envisager une traduction de votre podcast pour toucher un public global ! Lire la suite

L’écoute de podcasts gagne en popularité en Europe. Selon les estimations d’Emarketer, près de 70 millions de personnes dans l’Europe des 5 (France, Allemagne, Italie, Espagne et Royaume-Uni)  écouteront des podcasts cette année. Cependant, le nombre combiné d’auditeurs dans ces pays est encore inférieur au nombre total aux États-Unis (117,8 millions). Lire la suite

Les internautes bénéficient d’un large éventail de possibilités pour accéder aux résultats de Google. Le Knowledge Panel en fait partie. Il s’agit du long rectangle latéral que vous pouvez voir à droite dans la page de résultats lorsque vous effectuez une recherche. Lire la suite

La popularité des podcasts ne cesse de croître dans le monde entier, et ce pour une bonne raison. Les podcasts sont un excellent moyen de connecter avec le public en apportant une vraie valeur ajoutée pour les clients. Ils constituent un excellent moyen d’atteindre un public global en ligne, et un moyen simple de se […]

En tant qu’entrepreneur, vous cherchez continuellement des moyens d’atteindre et de développer votre notoriété. Le podcasting est un excellent moyen d’atteindre différents  publics, en France ou à l’étranger.

La popularité du podcasting a explosé pendant la pandémie. De plus en plus de personnes recherchaient une dimension humaine pendant les périodes de confinement, et les podcasts ont permis aux gens de s’y retrouver. Bien souvent, les auditeurs de podcasts sont à la recherche d’informations pratiques, d’une solution à leur problème, il y a donc de fortes chances que s’ils écoutent le vôtre, vous puissiez les aider. Le podcasting offre une excellente occasion pour un client potentiel d’apprendre à connaître votre entreprise, à vous apprécier et à vous faire confiance. Lire la suite

Selon l’agence new-yorkaise Chartable, 885 262 nouveaux podcasts ont été lancés dans le monde en 2020, soit près du triple des 318 517 nouvelles productions de l’année précédente. Lire la suite

L’adaptation de votre contenu multimédia pour les marchés internationaux nécessite une stratégie adpatée. Il existe de nombreuses options à envisager en fonction du public que vous souhaitez d’atteindre. Par exemple, vous pouvez remplacer la voix off originale par un enregistrement dans votre langue cible, ajouter des sous-titres pour que le spectateur comprenne ou modifier le texte et les images à l’écran. Lire la suite

Spotify facilite la diffusion de publicité sur podcast grâce à l’acquisition d’une importante plateforme de publicité, Mégaphone.

Quelques mots sur les campagnes publicitaires pour podcasts

Les publicités pour podcast, comme toutes les publicités sur Internet, ont un coût pour mille impressions/téléchargements.

Un podcast est généralement divisé en trois parties pour les annonces. Un pre-roll, un mid-roll et un post-roll. Chaque partie peut contenir une ou deux publicités. Vous pouvez donc avoir six publicités sur un podcast.
Mais il est peut-être préférable de n’avoir qu’une annonce pre-roll et une annonce mid-roll. Lire la suite

100 ans après la naissance de la radio, le podcast est l’une des principales innovations liées à l’audio. La radio à la demande, l’audio à la demande ou quel que soit le nom que vous lui donnez, la possibilité d’écouter du contenu sur presque tous les sujets, sur n’importe quel appareil et quand vous le souhaitez, est la grande révolution du contenu radiophonique. Le temps et les technologies évoluent, mais écouter voix reste une expérience enrichissante. Lire la suite

Il y a quinze ans, lorsque le mot « podcast » a commencé à être connu, seuls les experts en technologie les écoutaient. Aujourd’hui, sur des marchés comme les Etats Unis,  les podcasteurs sont devenus de véritables stars,  et c’est un secteur en pleine croissance. Mais quel avenir pour ce secteur?

Au débutdu podcasting, Macworld, un magazine destiné aux fans des produits Apple, annonçait, en fanfare, qu’Apple était sur le point d’ajouter les podcasts à iTunes, son offre de téléchargement de musique. Mais alors peu de lecteurs savaient ce qu’était un podcast, d’où la définition de « radio décalée dans le temps » de Macworld. En juin 2005, l’idée d’avoir des milliers d’émissions audio prêtes à l’emploi, allant des documentaires sur de véritables crimes à la comédie pour tous les amateurs, en passant par les news de dernière minute… et de pouvoir écouter ces émissions quand vous le souhaitez, où que vous soyez – était novatrice.

Google Trends nous montre l interêt croissant du grand public pour le podcasting, au niveau mondial.

Voici cette même évolution pour la France :

Pour l’Allemagne, l impact du Covid sur les recherches des podcasts est très marqué.

Le boom du podcast en 2020

2020 était l’année du  du boom du podcasting. Aux États-Unis, 22 % de la population écoute au moins un podcast chaque semaine et 51 % au moins un podcast dans leur vie (soit environ 168 millions de personnes). Au Royaume-Uni, 12,5 % de la population  (environ 7,1 millions de personnes) écoutent des podcasts chaque semaine, soit une augmentation de 58 % au cours des deux dernières années. Et en moyenne, ces fans de podcasts britanniques écoutent environ sept podcasts par semaine. Même pendant la période de confinement, lorsque d’autres formes d’art ont très très impactées, les podcasts ont continué à se développer. Les grandes productions se sont consolidées. EN France, il y aurait environ 3,5 M d’auditeurs, pour près de 10% de la population.

Les podcasts ont pris leur envol dans le monde entier. En Corée du Sud, 58 % de la population a écouté un podcast au cours du mois dernier, soit plus de 30 millions de personnes, tandis qu’en Espagne, ce chiffre est de 40 % (plus de 18,5 millions). Et il est évident que notre amour de l’écoute, qui ne cesse de croître, s’inscrit dans le cadre d’une évolution plus large vers l’audio. Aujourd’hui, les autoradios sont numériques, les haut-parleurs sont blue tooth, que les casques d’écoute sont de plus en plus populaires (Apple a vendu environ 60 millions de paires de ses AirPods sans fil l’année dernière), tout comme les systèmes d’IA domestiques avec Alexa et Google Home. Nous consommons plus de contenus audio  que jamais auparavant,  parce que nous pouvons faire d’autres choses en écoutant et, à l’avenir, à mesure que les casques intelligents deviendront plus intelligents, nos oreilles, plutôt que nos yeux, pourraient bien devenir le principal moyen de nous connecter à l’internet.

Mais c’est l’avenir. Pour l’instant, le plus grand indicateur de l’essor des podcasts est peut-être la façon dont les grands acteurs, qu’il s’agisse de marques ou de célébrités, s’installent. En 2019, Spotify a réalisé un investissement financier impressionnant, en rachetant Gimlet Media et Parcast (qui produisent des podcasts), ainsi qu’Anchor (qui fournit des outils aux producteurs de podcasts), pour une participation combinée de plus de 320 millions de livres sterling. Universal a conclu un accord avec Wondery, le spécialiste américain de la vraie criminalité qui a produit Dirty John. Sony a un accord similaire avec Somethin’ Else, qui fait que David Tennant fait un podcast avec… La BBC met tous ses efforts sur BBC Sounds, son application audio et sa plateforme de podcast. Les Obamas se sont engagés à produire des podcasts exclusifs pour Spotify. IL y a quelques semaines, Spotify a repris, le podcast de Joe Rogan pour 100 M de dollars. The Joe Rogan Experience, qui a connu un énorme succès, vient d’être racheté par Spotify. Combinée à une série d’autres acquisitions de podcasts à grand succès au cours des 18 derniers mois, la société est maintenant prête à devenir le plus grand nom du podcasting – et peut-être à contrôler le podcasting d’une manière sans précédent.

Nous sommes bien dans les années de la ruée vers l’or des podcast, et cela peut certainement devenir encore plus important. Car comparé aux millions de personnes qui utilisent la télévision, ou YouTube, ou Instagram, le nombre d’auditeurs de  podcasts est encore faible…

L’impact des applications

Aujourd’hui, nous écoutons les podcasts principalement via Apple, Spotify et Google, et,  – cela peut sembler bizarre à certains – YouTube. Les auditeurs de moins de 35 ans utilisent YouTube plus que toute autre plateforme pour obtenir leurs podcasts, souvent en écoutant tout en faisant d’autres choses, comme jouer à des jeux informatiques (Joe Rogan, l’un des podcasters les plus populaires au monde, avec 8 millions d’abonnés, est plus souvent  écouté sur Youtube.)

Ce n’est qu’en 2012, lorsqu’Apple a mis en place une application de podcast autonome sur ses iPhones, que les podcasts sont devenus facilement accessibles (pour les utilisateurs d’iPhone) et que le podcasting a commencé à décoller en France. Peu après, la 4G et le wifi plus répandu ont permis d’écouter un podcast où que vous soyez.

Mais, pour être honnête, les podcasts ont toujours été « The Next Big Thing » . Même aujourd’hui, il y a beaucoup de gens qui n’écoutent pas de podcasts. Pourquoi ? L’accès. Le problème – toujours d’actualité – est la manière dont les podcasts sont diffusés. Il n’y a pas d’application parfaite pour écouter les podcasts.

Le modèle de l’abonnement peut sembler une voie évidente pour les podcasts, mais il se heurte à la réticence des auditeurs habitués à recevoir des podcasts gratuitement tout en subissant des publicités.

Pour l’instant, l’application Podcast de base d’Apple domine le marché. Et ce, malgré le fait que la plupart des gens ne possèdent pas d’iPhones. Les utilisateurs de téléphones Android ont plusieurs moyens d’obtenir des podcasts, bien qu’il ait fallu attendre 2018 pour que Google diffuse des Google Podcasts (avant cela, il fallait passer par Google Play). Aujourd’hui, les podcasts Google peuvent également être utilisés sur les iPhones et vous pouvez rechercher des phrases individuelles dans les émissions. Il existe d’autres applications : Podcast Player, Pocket Casts (payant), Stitcher, Castbox. Il y en a beaucoup, mais à moins que Google Podcasts ne prenne le dessus, Spotify semble être le plus susceptible de menacer la domination d’Apple.

Et l’impact du coronavirus sur le podcasting?

Le confinement a donné un coup de fouet à l’industrie florissante du podcast. Ceux qui veulent survivre à la pandémie doivent s’adapter à une vitesse vertigineuse. Les podcasteurs enregistrent dans les voitures, dans dans des placards, et les stocks de microphones s’amenuisent, même chez les grands distributeurs comme Amazon.

Entre-temps, les habitudes des auditeurs ont changé. Avant la fermeture, beaucoup d’entre nous consommaient leurs podcasts sur le chemin du travail. Les trajets ont été pratiquement supprimés, remplacés pour beaucoup par mouvement rapide du lit à la chaise, et les pics d’écoute du matin ont donc disparu. Le type de podcasts dont nous avons besoin a également changé : de nombreux auditeurs ont perdu leur appétit pour le vrai crime, peut-être parce que tout semble déjà si sombre.

Les émissions qui tiraient leur charme d’animateurs s’entre-déchirant en studio doivent repenser leurs formats. Il y a aussi des limites technologiques. Lorsque les podcasts ont fait leur apparition au milieu des années 2000, ils étaient essentiellement enregistrés par des nerds utilisant un équipement de base. Aujourd’hui, de nombreuses séries à succès sont bricolées dans les chambres, les cuisines et les greniers, marquant en quelque sorte un retour aux origines terrestres du podcasting.

Il n’est pas surprenant que les émissions sur le Covid-19 aient pris de l’ampleur ces dernières semaines. La  société de podcast Acast, elle a diffusé plus de 1 400 épisodes sur le virus entre fin janvier et fin mars. Certains podcasts portent spécifiquement sur la pandémie, comme le Coronavirus Newscast de la BBC. D’autres sont des émissions scientifiques, sanitaires et politiques existantes qui concentrent leurs énergies sur la situation actuelle.

Si les podcasts informatifs e portent bien, les émissions de comédie prospèrent également, selon l’Acast, qui a enregistré une hausse de 24 % de leur popularité le mois dernier. Il semble que les auditeurs séquestrés chez eux se tournent vers les podcasts pour combler les déficits sociaux de leur vie. Après tout, l’un des plaisirs du média a toujours été son intimité ; écouter peut donner l’impression d’assister à une conversation entre amis. Les podcasteurs sont inondés de messages de fans qui sont reconnaissants que la pandémie n’ait pas interrompu le flux de bavardages rassurants. Et de nombreux podcasters ont eux-mêmes le sentiment que leurs émissions deviennent une sorte de bouée de sauvetage.

Mais des problèmes se profilent à l’horizon. Les podcasts sont en quelque sorte un signal d’alarme pour l’économie : quand tout va bien, les entreprises ont plus d’argent à dépenser en publicité. Avec une possible dépression qui se profile à l’horizon, les podcasts qui dépendent du sponsoring pourraient connaître des moments difficiles. Pourtant, de nombreux podcasts se sont déjà tournés vers leurs propres auditeurs pour obtenir un soutien financier, via des plateformes telles que Patreon. Si la publicité s’effondre, il semble probable que d’autres podcasts exploreront des modèles d’abonnement pour survivre.

Malgré tout, il y a de la place pour l’optimisme. Le lien entre les émissions et les auditeurs semble s’être renforcé. Les podcasters ne sont peut-être pas des travailleurs clés, mais ils font rire et sentir moins de solitude des millions d’entre nous.